Ouistiti commun ou Ouistiti à toupet blanc

(Callithrix jacchus)


Faits

Ouistiti commun ou Ouistiti à toupet blanc IUCN LEAST CONCERN (LC)

 

Faits sur l'animal

L'ouistiti commun est l'espèce de la famille des Callitrichidae la plus connue et la plus fréquemment gardée. Il atteint une taille tête-corps de 19-25 cm et la queue mesure 27-35 cm. Les femelles pèsent 260-350 g et les mâles jusqu'à 450 g.

 

L'ouistiti commun est caractérisé par de longues touffes auriculaires blanches ou grisâtres. Le sommet de la tête est noirâtre avec une tache blanche sur le front. Le corps est tacheté gris-brun, avec des raies transversales grises ou orange et noires au bas du dos. La queue est annelée.

 

Il a des glandes odoriférantes épidermiques très développées et un comportement de marquage par l'odeur, ce qui suggère que la communication chimique est très important dans la structure sociale complexe de cette espèce. Ils vivent dans des groupes familiaux élargis de 3 à 13 individus avec des territoires bien définis de deux à cinq hectares. Le groupe familial est probablement structuré autour d'un couple reproducteur qui partage le soin du petit avec la jeune progéniture et des adultes liés. Après une période de gestation de 141-145 jours, il y a la naissance de 1-4 petits, en général des jumeaux. Le nouveau-né pèse 25-35 g. les jeunes sont sevrés à 40-120 jours quand ils pèsent 60-150 g. Ils parviennent à la maturité sexuelle à l'âge de 18-24 mois. La longévité en captivité est de 8-12 ans.

 

Les ouistitis mangent une nourriture variée qui inclut les fruits, les insectes, les lézards, les œufs, les petits oiseaux et la gomme ou des sécrétions résineuses provenant des arbres. Ces sécrétions sont une grande source d'énergie pendant les saisons où il n'y a pas de fruits.

Saviez-vous?
Que le Royaume-Uni est un des plus grands exportateurs de ouistitis communs? De 1975 à 2006 le Royaume-Uni a rapporté l'exportation de 8103 de ouistitis communs vivants, représentant 43% du commerce mondial. En règle général, ces animaux étaient élevés ex situ et souvent destinés pour la recherche biomédicale. Le commerce international pour les zoos et relativement insignifiant, mais les zoos ont quelques fois besoin de prendre soin de ouistitis illégalement commercialisés confisqués par les autorités CITES nationales.


 

Fiche d'information
Classe MAMMALIA
Ordre PRIMATES
Subordre SIMIAE
Famille CALLITHRICHIDAE
Nom (Scientifique) Callithrix jacchus
Nom (Anglais) Common Marmoset
Nom (Français) Ouistiti commun ou Ouistiti à toupet blanc
Nom (Allemand) Weissbüscheläffchen
Nom (Espagnol) Tití Común
Noms locaux Brazil: Sagui-comum, Sagui-do-nordeste, Sauim
Statut CITES Appendix II
Statut CMS Not listed

 

 

Droits d'auteur de la photo par
Claire Watson

Distribution

 


Distribution
Aire de répartition Brésil
Habitat Une variété de types de forêts tropicales, surtout des forêts sèches y compris la forêt côtière atlantique, les forêts intérieures sèches, saisonnières, sempervirentes, les forêts riveraines dans un habitat de broussailles épineuses sèches ou caatinga, et la forêt de savane ou cerrado au centre du Brésil.
Population sauvage Inconnu, mais stable (Liste rouge de l'UICN 2011)
Population du Zoo 614 rapportés à ISIS (2006)

Dans le Zoo

Ouistiti commun ou Ouistiti à toupet blanc

 

Comment cet animal doit être transporté?

Pour le transport aérien, il faudrait suivre "Container Note 31" de  IATA Live Animals Regulations.

 

Trouver cet animal sur ZooLex

 

Droits d'auteur de la photo par
Claire Watson

Pourquoi les zoos gardent cet animal?

L'ouistiti commun n'est pas menacé dans la nature, et par conséquent, il est gardé pour des raisons pédagogiques comme ouistiti typique et une espèce appropriée pour familiariser le public avec la faune des forêts brésiliennes, en particulier s'il est gardé dans des expositions mixtes.

 

Il peut aussi être gardé dans des enclos que l'on peut traverser permettant des rencontres rapprochées entre l'animal et le public. Le public ne devrait pourtant pas être autorisé à leur donner à manger.

 

Il n'est pas inhabituel que les zoos acceptent d'héberger des ouistitis communs pour des raisons de bien-être animal puisque ces animaux sont souvent confisqués par les douanes, les autorités de conservation ou vétérinaires.