Ours blanc ou Ours polaire

(Ursus maritimus)


Faits

Ours blanc ou Ours polaire IUCN VULNERABLE (VU)

 

Faits sur l'animal

C'est un très grand ours d'environ 185-300 cm de long, une hauteur aux épaules de 130-160 cm et un poids de 300-800 kg (mâles) et 150-300 kg (femelles). Il a un long cou, de petites oreilles rondes, un museau, des lèvres et la peau  foncés et un pelage blanc, blanc grisâtre ou jaunâtre. Le poil est dense avec une brillance prononcée. 50-100 mm de long et plus long sur les pattes. Le sous-poil est épais, blanc ou jaunâtre. Le poil est translucide et transfère la chaleur du soleil à sa base où elle est absorbée par la peau noire. Les pattes sont larges et épaisses, les plantes des pieds sont couvertes de poils denses sauf sur les coussinets. Les griffes sont courtes et acérées et quasiment cachées par les poils longs.

 

Les ours polaires ont leur habitat sur les îles, les côtes et les bancs de glace flottants de l'Arctique. Ils passent le plus clair de leur temps dans l'eau à la recherche de nourriture, principalement des phoques, en particulier les phoques annelés. Leurs pieds palmés et le corps longiligne les aident à être des nageurs hors pair. Leur pelage blanchâtre leur permet de se cacher dans l'environnement de neige blanc, un avantage quand ils veulent s'approcher discrètement d'une proie. Comme c'est le cas pour la plupart des ours, ce ne sont pas des animaux très sociables. Les adultes passent peu de temps ensemble, sauf pendant la saison de reproduction. Le lien le plus proche est celui entre la mère et son petit. Les mères sont très attentives à leurs petits. Les ours polaires n'hibernent pas, même si les mères qui allaitent ne vont pas sortir de leur tanière tant que les petits sont très jeunes, comptant sur la graisse stockée dans leur corps pour leur propre alimentation et celle des petits.

Saviez-vous?
Que les peuples Inuits (esquimaux) chassent l'ours polaire pour sa fourrure et la viande mais ne peuvent pas manger leur foie car il a un contenu en vitamine A très élevé, ce qui le rend toxique pour l'homme? Donc, faites attention si vous tombez sur de la viande d'ours polaire dans un menu – 500 g de foie d'ours polaire fournit environ 9'000'000 UI de vitamine A à votre repas – une dose hautement mortelle. Maux de tête, vision brouillée, perte de cheveux, somnolence et diarrhée, hypertrophie de la rate et du foie peuvent être les symptômes quand vous avez absorbé une dose trop élevée.


 

Fiche d'information
Classe MAMMALIA
Ordre CARNIVORA
Subordre FISSIPEDIA
Famille URSIDAE
Nom (Scientifique) Ursus maritimus
Nom (Anglais) Polar Bear
Nom (Français) Ours blanc ou Ours polaire
Nom (Allemand) Eisbär
Nom (Espagnol) Oso polar
Noms locaux Danish, Norwegian: Isbjørn
Icelandic: Hvítabjörn
Statut CITES Appendix II
Statut CMS Not listed

 

 

Droits d'auteur de la photo par
Photo © R. & C. Buchanan/Polar Bears International

Distribution

 


Distribution
Aire de répartition Région arctique circumpolaire
Habitat Les bancs de glaces flottants et les eaux côtières.
Population sauvage 20'000 à 25'000 (2008)
Population du Zoo 180 rapportés à ISIS en avril 2009.

Dans le Zoo

Ours blanc ou Ours polaire

 

Comment cet animal doit être transporté?

Pour le transport aérien, il faudrait suivre "Container Note 72" de IATA Live Animals Regulations.

 

Trouver cet animal sur ZooLex

 

Droits d'auteur de la photo par
Photo © R. & C. Buchanan/Polar Bears International

Pourquoi les zoos gardent cet animal?

Les ours polaires ne sont pas actuellement menacés mais classés comme Vulnérables par l'UICN. Les zoos gardent des ours polaires principalement à des fins éducatifs pour démontrer comment l'ours s'est adapté aux conditions arctiques et maritimes et donc a étendu son aire de distribution dans les régions polaires du nord. L'ours polaire est bien-sûr aussi un ambassadeur pour son écosystème et peut servir d'espèce emblématique pour les campagnes ou programmes éducatifs de sensibilisation au réchauffement climatique mondiale.

 

L'espèce est sujet à beaucoup de menaces y compris la pollution environnementale, les exploitations du pétrole et du gaz, la pêche illégale, et le réchauffement mondiale. Comme le nombre total est relativement faible et que le réchauffement climatique mondiale rendra la situation écologique précaire pour l'espèce, il est alors possible que la population dans les zoos, suite à l'importance de la conservation, augmentera dans les années à venir. En vue d'établir une population de réserve viable, un registre généalogique international a donc été établi en 1981 sous l'égide de WAZA, et des  programmes de conservation par l'élevage sont gérés au niveau régional par AZA, EAZA et JAZA.