Le GSMP du gibbon de Java

Le gibbon de Java (ou gibbon cendré) (Hylobates moloch) est la dernière espèce de singe restante sur Java. Comme toutes les espèces de gibbons, il est gravement menacé à cause de la destruction de l'habitat et le commerce illégal d'animaux. Trouvé seulement dans la partie ouest du centre de Java dans un habitat extrêmement dispersé, des études récentes ont suggéré qu'il reste moins de 3000 individus dans jusqu'à 63 poches d'habitats dispersés. Beaucoup de ces régions ont peu ou pas de protection contre la dégradation de l'habitat ou le braconnage et le gibbon de Java semble maintenant être un des taxa les plus menacés d'extinction (c.-à-d. avec l'aire de répartition la plus restreinte et menacée).

 

En 2009, le Programme de gestion des espèces à l'échelle mondiale (GSMP) pour cette espèce était né de la nécessité d'une gestion améliorée de la population captive en vue de faire une contribution significative et véritable à la conservation de l'espèce.

 

Appuyé par WAZA, ce programme vise à aider à la conservation de l'espèce en:

 

  • détenant d'une population de réserve et/ou de fournir des animaux pour les relâcher dans la nature dans le cadre du programme de réintroduction de conservation géré;
  • agissant comme population d'assurance en cas diminution catastrophique à l'état sauvage;
  • conservant des niveaux élevés de la variabilité génétique trouvés dans les populations sauvages ;
  • conservant le répertoire comportemental de l'espèce;
  • soutenant le développement et la documentation des techniques d'élevage pour l'espèce;
  • soutenant les efforts régionaux de collectes de fonds;
  • fournissant des animaux pour la recherche basée sur les zoos: et
  • s'assurant que la population captive persiste dans les zoos pour des expositions éducatifs et/ou collectes de fonds.

 

Traditionnellement, comme avec beaucoup d'espèces en captivité, les gibbons de Java ont été gérés au niveau des régions. Bien que quelques transferts ont eu lieu entre régions comme demandé, la population n'a pas été gérée comme une seule unité. Les analyses génétiques et les recommandations qui ont suivi au sujet des populations régionales ont maintenant été identifiées comme inappropriées. Le GSMP donne la possibilité pour les populations régionales d'être gérées comme une meta-population, en fournissant les meilleurs résultats pour les appariements génétiques et la gestion de la reproduction. Le GSMP, avec une population captive viable bien gérée, ne fournit pas seulement des animaux appropriés pour la réintroduction mais aussi pour obtenir des fonds pour des projets de conservation in situ. La principe clé de GSMP est qu'aucun gibbon de Java ne doit être enlevé de la nature pour rejoindre la population captive.

 

Un GSMP peut fournir un lien tangible entre la gestion ex situ de l'espèce et la conservation in situ. Dans des situations où aussi bien la population captive que sauvage sont petites, il est logique de tirer avantage de toutes les ressources à disposition et dans beaucoup de cas une population captive bien gérée peut réellement contribuer à la conservation de l'espèce en tant qu'ambassadeur pour collecter des fonds pour la protection de l'habitat et la populations, ainsi qu'en fournissant des animaux appropriés pour la réintroduction.

 

En résumé, les principaux résultats du GSMP du gibbon de Java seraient:

 

  • d'avoir une population protégée et viable de gibbons sauvages; et
  • d'avoir une population captive viable et bien gérée.

 

Afin d'attendre cela, il est essentiel d'avoir l'engagement de tous les programmes régionaux et d'agir en utilisant des valeurs reconnues telles que:

 

  • une meilleure gestion d'espèces dans la population (formation de paires basées sur la génétique à l'échelle mondiale;
  • financement d'institutions internationales pour la conservation in situ (les institutions signent un accord coopératif incluant un engagement financier);
  • animaux disponibles pour la réintroduction (si nécessaire):
  • la population ex situ est gérée de manière à être viable sans apport sauvage;
  • le programme soutient activement les actions pour prévenir la captivité d'autres gibbons ;
  • formations de paires dont le comportement est compatible; et
  • dans la mesure du possible, loger les gibbons dans des groupes naturels.

 

La population captive du gibbon de Java est relativement petite et difficile à maintenir à long-terme sans une certaine forme de coopération entre les régions. L'analyse des populations a déterminé que la viabilité à long-terme nécessitera une amélioration dans le succès de la reproduction entre les zoos et la gestion de toute la population captive comme une seule meta-population. Le GSMP peut fournir de l'assistance pour améliorer les standards d'élevage et le succès de la reproduction. La gestion des registres généalogiques internationaux avec des informations détaillées au sujet de tous les animaux dans le programme aidera aussi à assurer un examen approfondi pour l'acquisitions d'animaux.

 

La population sauvage du gibbon de Java est aussi relativement petite et profiterait d'un programme de réintroduction réussi. La disponibilité des régions pour la réintroduction semble prometteur. Tandis que la priorité pour les animaux hébergés dans les centres de réhabilitaion devrait toujours être leur réintroduction dans la nature, il faudrait admettre que tous ces animaux ne vont pas atteindre un niveaux suffisant pour retourner dans la nature et dans quelques cas les animaux nés et élevés dans les zoos avec de solides mesures d'élevage peuvent être plus appropriés pour la réintroduction.

 

En août 2010, un workshop international a eu lieu à Java pour finaliser le plan opérationnel pour le GSMP et de discuter les meilleures manières par lesquelles le programme peut contribuer à la conservation in situ des gibbons de Java. Les plans progressent quand àl'établissement d'Unités de protection des gibbons pour protéger la population sauvage (financés par des institutions membres) et les programmes de réintroduction ainsi que le renforcement des capacités et l'amélioration du succès de l'élevage et de la reproduction. Le workshop était organisé par le Silvery Gibbon project et soutenu par Perth Zoo, le Ministère des forêts d'Indonésie, le Javan Gibbon Foundation et l'Aspinall Foundation.

 

D'autres développements incluent plusieurs naissances parmi la population captive. Perth Zoo, Howletts and Port Lympne Wild Animal Parks et Gibbon Conservation Center ont continué de reproduire avec succès. Un nouveau couple établi au Mogo Zoo en Australie a aussi produit une progéniture dans l'année après avoir été mis ensemble.

 

Un des développements les plus significatifs a été la naissance réussie d'un bébé au Javan Gibbon Centre à Java. On s'attend à ce que le Javan Gibbon Centre pourrait servir de centre d'excellence dans la région et prendre part aux améliorations dans d'autres zoos et centre de réhabilitation de cette région.

 

Le Javan Gibbon Centre a aussi éffectué une mise en liberté de gibbons de Java en octobre 2009. Le couple était relâché dans une petite région d'habitat isolé dans le parc national Gunung Gede Pangrango. Le couple continue à être suivi et semble bien s'habituer à la vie sauvage. Ils ont exploré toute la région, utilisant toutes les sources de nourriture disponibles et ont été observés en train de faire leur toilette et de s'accoupler.

 

Clare Campbell, GSMP coordinator

  • Gibbon_1
  • Gibbon_2
  • Gibbon_3
  • Javan Gibbon GSMP

    Javan Gibbon GSMP

    (1) © Karen Payne, (2) © Kate O'Connell, (3) © Karen Payne, (4) © Perth Zoo

     

  •