Eteints à l'état sauvage

La liste rouge des espèces menacées, dressée par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), est largement reconnue comme étant l'approche la plus complète, objective pour évaluer le statut de conservation des espèces animales et végétales. Chaque espèce évaluée est attribuée à une des huit catégories différentes, basées sur une série de critères quantitatifs. Les espèces classées comme Vulnérable, En danger, En danger critique d'extinction sont considérées comme menacées. Eteint à l'état sauvage veut dire que l'espèce est connue comme survivant seulement en captivité.

 

Il y a 68 espèces qui ont connu une amélioration dans le statut de conservation selon une récente évaluation du statut des vertébrés mondiaux sur la liste rouge d'UICN [1], toutes, sauf quatre, liées à des mesures de conservation. Pour ces 64 espèces, la conservation par l'élevage était implémentée comme une action mineure ou majeure de conservation qui a amené à une amélioration durant la période de changement dans respectivement 16 et trois espèces. Par conséquent, selon Hoffmann et al. [1], 19 des 64 espèces montrant une véritable amélioration dans le statut de la Liste rouge d'UICN liée à des mesure de conservation ont bénéficié de la conservation par l'élevage.

 

Ces figures étaient contestés par la suite [2] et mises à jour [3]: il y avait 13 au lieu de 16 espèces identifiées pour lesquelles la conservation par l'élevage était implémentée en tant qu'action majeure de conservation. Selon Conde et al. [3], pour au moins neuf de ces 13 espèces, les zoos et les aquariums ont aussi fourni un soutien logistique, technique et/ou financier conséquent. Dans l'ensemble, il semble que la conservation par l'élevage dans les zoos et les aquariums a joué un rôle dans un quart de ces espèces de vertébrés dont le statut de menace était réduit selon la Liste rouge de l'UICN.

 

La reproduction d'animaux en captivité suivie de réintroductions dans la nature était une des actions de conservation les plus citées débouchant sur des améliorations dans le statut dans la Liste rouge d'UICN [1]. Pour les oiseaux, la conservation par l'élevage et la réintroduction ont permis d'éviter l'extinction de six espèces sur 16 qui se seraient probablement éteints en absence de mesures de conservation [4]. Pour les mammifères, la conservation par l'élevage et la réintroduction ont mieux réussi pour améliorer le statut de conservation plutôt que d'autres actions de conservation [5] et ont contribué à de véritables améliorations de statuts de neuf espèces dans la Liste rouge d'UICN [6].

 

Selon l'évaluation mentionnée ci-dessus [1,3,6], les espèces précédemment classées comme Eteints à l'état sauvage qui ont contribué à améliorer le statut dans la Liste rouge d'UICN grâce à la réintroduction d'animaux élevés en captivité incluent le cheval de Przewalski (Equus ferus przewalskii), le putois à pieds noirs (Mustela nigripes) et le condor de Californie (Gymnogyps californianus). Grâce aux mêmes actions de conservation le statut de menace de l'oryx d'Arabie (Oryx leucoryx), du bison d'Europe (Bison bonasus) et du loup rouge (Canis rufus) était réduit par rapport à Eteint à l'état sauvage déjà avant la période considérée.

 

Il y a 33 espèces animales actuellement classifiées Eteints à l'état sauvage sur la Liste rouge d'UICN. Les exemples comprennent l'Oryx algazelle (Oryx dammah), le cerf du père David (Elaphurus davidianus), le râle de Guam (Gallirallus owstoni), Crapaud du Wyoming (Anaxyrus baxteri), le "Yarqon bleak" (Acanthobrama telavivensis) and l'isopode de Socorro (Thermosphaeroma thermophilum). Trente-et-une de ces espèces sont activement élevés dans les zoos, aquariums et autres installations de reproduction d'animaux, qui préviennent leur extinction pur et simple; 17 espèces sont gérés dans un programme de reproduction basé sur des registres généalogiques. Les institutions zoologiques sont les mieux placés pour contribuer à la conservation des espèces qui ne sont plus trouvés à l'état sauvage, grâce aux efforts de réintroduction en utilisant des animaux élevés en captivité, ceci est déjà implémenté pour six espèces classées Eteints à l'état sauvage.

 

References

[1] Hoffmann, M. et al. (2010) Science 330: 1503-1509.

[2] Balmford, A. et al. (2011) Science 332: 1149-1150.

[3] Conde, D. A. et al. (2011) Science 332: 1150-1151.

[4] Butchart, S. H. M. et al. (2006) Oryx 40: 266-278.

[5] Hayward, M. W. (2011) Biodiversity and Conservation 20: 2563-2573.

[6] Hoffmann, M. et al. (2011) Philosophical Transactions of the Royal Society B 366: 2598-2610.

  • Extinct in the Wild_1
  • Extinct in the Wild_2
  • Extinct in the Wild

    Extinct in the Wild

    (1) © Heiner Engel, (2) ©  Toronto Zoo, (3) © Martin Wehrle, (4) © Chris Walzer

     

  •